Faut-il avoir peur des graisses ?

Le gras c’est la vie !

Protèger votre santé, bien choisir vos matières grasses

Il faut « manger moins gras » pour être en bonne santé, éviter le « surpoids »? L’idée saugrenue qui revient sur le tapis est basée sur un concept purement théorique, et en réalité inapplicable à la physiologie : 1g de graisses « valent 9 Calories ». Ainsi ont été condamnées les graisses, impliquées à tort dans la genèse de différents problèmes de santé, des maladies cardiovasulaires au surpoids, en passant par l’acné, les cheveux gras et même la culotte de cheval de la belle-sœur de la cousine du voisin… Du coup, on les chasse, on les diminue, on les bannit, on évite tout ce qui est « riche » dans le secret espoir de réguler son poids, sa silhouette, son estime personnelle et je ne sais quoi d’autre.

l’organisme a besoin de certains types d’acides gras, dits « essentiels pour fonctionner correctement

Il ne peut pas les produire par ses propres moyens

Le problème, c’est que l’organisme humain ne s’accommode absolument pas d’une alimentation à faible apport en graisses. Autant dire qu’ils sont aussi importants, sinon plus, que les vitamines. Le fonctionnement du cerveau (80% de graisses), de la peau (60% de graisses), de l’immunité, et de bien d’autres tissus en dépend. Avoir un apport insuffisant en graisses polyinsaturées, c’est risquer d’avoir la peau sèche, des problèmes de mémoire, de troubles de l’humeur, de dépression, de surpoids ( !), de troubles métaboliques… et pour ce qui concerne les sportifs, c’est rallonger le temps de réponse à un phénomène inflammatoire, et donc retarder la réponse à l’entraînement.


les-huiles-votre-atout-sante

+ de gras – de sucres et tout s’améliore!

De récentes études réalisées sur le sujet le prouvent, et concluent largement à la faveur d’une alimentation plus riche en graisses, et largement moins riche en sucres (cachés ou non)

D’une part, cela profite à l’organisme qui fonctionne mieux et réapprend à utiliser ces sources énergétiques de très grande rentabilité. Mais il faut ajouter que d’autre part, si l’équilibre des différentes sources de graisses doit être correctement géré, les bénéfices ne tardent pas. Une peau plus belle, des cheveux (pour ceux qui en ont) plus brillants, un cerveau, une immunité qui fonctionnent mieux, moins de maladies, moins de surpoids ( !), et une meilleure réponse à l’entraînement. Donc au quotidien, il faudra réintroduire ces aliments sans appréhension, et de la bonne manière. Et c’est une bonne chose d’un point de vue gustatif, car une alimentation riche en bonnes graisses, c’est une alimentation riche en goût ! Qui a dit que l’alimentation santé était triste et sans saveur ? Certainement pas. Elle est, elle doit être gastronomique !